LE JARDIN D'ECHANGE UNIVERSEL

.
. Les réactions au J.E.U
.

S.E.L, Intersel, J.E.U, et vie itinérante: une vision.

Idées : Sylvie Chevrier (Sel de Paris)
rédaction : Jean Raisonnier (Sel de Paris)

Le JEU

Daniel Fargeas a inventé le J.E.U (Jardin d’Echange Universel) : un système d’échange sans comptabilité centralisé, sans structure, sans frontières; chacun dispose d’un carnet de compte sur lequel le partenaire de l’échange inscrit de sa main les informations nécessaires : la nature de l’offre, les unités échangées et le nouveau solde du compte; le carnet porte ainsi la trace de tous les échanges effectués, authentifiés par l’écriture et les coordonnées des partenaires.

Je propose que ce système soit progressivement utilisé, par ceux qui le souhaitent, à l’intérieur des SEL et dans les intersels; que les SEL jouent le J.E.U. ! Cela réduirait la comptabilité et pourrait aider à cultiver l’esprit de don et de souveraineté dans l’échange. Et on pourrait imaginer un réseau d’échange très large en combinant la route des SEL déjà existante, la route des stages que certains ont déjà imaginé et le J.E.U : ceux qui le désirent pourraient voyager d’étape en étape, tantôt donnant des coups de main dans des endroits où il y en a besoin, tantôt recevant une initiation ou un perfectionnement à telle ou telle technique, tantôt offrant leurs connaissances ou leur talents artistiques; ces voyages étant ponctués de fêtes et de créations; les échanges seraient comptabilisés avec le système du J.E.U et donc sans aucun travail de bureaucratie.

Il s’agirait de tisser peu à peu un réseau de confiance et d’hospitalité, de connaissances partagées, d’inspirations mutuelles, de fraternité, et d’esprit festif; et d’inventer une nouvelle alliance entre le «sédentaire» et le «voyageur» : celui-ci serait une sorte de pèlerin qui, en échange de l’hospitalité ou des connaissances qu’il reçoit, offre son aide ou ses connaissances, et fait profiter les «sédentaires» des expériences qu’il glane peu à peu sur sa route; et il pourrait s’agir pour lui d’une sorte de parcours initiatique un peu comme le «tour de France» pour les compagnons d’autrefois. Et pour le «sédentaire» ce serait une merveilleuse façon d’être relié, aidé, nourri d’idées nouvelles et de partager ses acquis.

Bien sûr les difficultés ne manquent pas, en particulier celle d’établir des relations de confiance malgré les distances et la question de l’argent minimum nécessaire pour le «voyageur»; mais pourquoi pas commencer à explorer ces idées localement, et à petite échelle ?


RETOUR AU MENU

Cest.quoi.le.J.E.U.? | Comment.entrer.dans.le.J.E.U.? | La.valeur | Les.gros.débits | Risques.de.fraude | Assemblées-Rencontres-Bourses | Les.enfants | SEL Terre